Carnet de voyage – Martinique #6

Il serait peut-être temps que je boucle cette série de billet sur notre voyage en Martinique, qui prends des faux airs de roman fleuve. Ce n’est pas pour me déplaire car j’adore me replonger dans les photos et l’ambiance de nos vacances, espérons juste qu’il en soit de même pour vous.

Nous voici donc à l’aube de notre 7ème journée Martiniquaise et nous allons, plus que jamais, ressentir la proximité et la force de la nature ce jour là.

Avec le recul, c’est peut-être la rencontre la plus puissante que nous ayons vécu de tout notre séjour et en revoyant les photos ce sentiment est confirmé. Il se dégage d’elles un sentiment de grandeur et de force, fidèle à la réalité de cet endroit.

***

Jour 7

C’est au beau milieu de la nuit que le ton est donné, alors que profondément endormis, nous sommes réveillés par un tremblement de terre, plutôt impressionnant. Avec plus de 300 secousses annuelles plus ou moins ressenties, c’est monnaie courante par ici, mais pour nous, on touche au summum de l’exotisme.

Pas de dégât pour cette fois, bien que l’épicentre soit relativement proche de la commune du Robert. Je dois bien reconnaître que nous nous sentons d’une extrême petitesse quand ce genre d’évènement se produisent.

C’est donc un peu « secoués » que nous prenons ce matin là, la direction de la Route de La Trace. Pour ceux qui connaissent ma témérité sans faille,  il m’en faut pas moins pour psychoter pendant une bonne partie du parcours. Et pour cause…

Cette route mythique reliant Fort de France à la Montagne Pelée est historiquement connue comme étant un chemin créé par les jésuites pour rallier le célèbre « chinois -le volcan- à Fort de France. Elle serait construite précisément à l’endroit où l’île est censée se séparer en deux le jour du BIG ONE. (oui la Martinique à aussi son BIG ONE) Autrement dit, elle suivrait, grosso modo la séparation des deux plaques tectoniques qui vraisemblablement sont en train de faire planer un suspens insoutenable quand au moment de leur séparation géologique….

 Cette petite anecdote géographique évacuée, nous voici donc en direction de l’extrême Nord de l’île. Autant vous dire qu’il faut avoir le coeur accroché, car une fois Fort de France dépassé, la route serpente inexorablement dans une jungle exubérante, sautille par dessus des rivières aux noms plus rigolos les uns que les autres, s’amuse à prendre des tours et des détours vertigineux, traverse des ponts mystiques rappelant un certain pont asiatique célèbre.

Il y a de nombreuses choses à voir tout au long de la Route de la Trace et le parcours est plutôt long. Nous avons donc privilégiés quelques points phares ce jour là et décidons de revenir un jour prochain pour la visite d’autres lieux incontournables.

Voici nos découvertes du jour :

  • Le domaine d’Emeraude : sorte de jardin botanique qui propose des sentiers balisés et adaptés au coeur de la jungle. Nous avons adoré l’expérience, en particulier mon grand asticot qui s’est transformé en Indiana Jones le temps d’une balade.
  • Le restaurant La Chaudière : une adresse réputée en bordure de la route qui promet un vrai régal des papilles et un cadre exotique et surplombe un très joli jardin potager.
  • Grand-Rivière aussi appelée la commune du bout du monde et autant vous dire qu’elle se mérite… C’est après plus d’une heure et demi de route que nous atteignons l’extrémité nord de l’île. Ce village coloré, planté là, semble tout droit sorti d’un livre de piraterie.

J’ai adoré l’ambiance ici :

« Presque seuls nous avons encore une fois laissé le temps couler,  j’en ai presque oublié mon appareil photo. D’un côté la mer, puissante avec cette sensation caractéristique des « bouts » de terre ; de l’autre, des falaises géantes qui plongent dans l’océan. Au dessus, des pélicans, créatures d’un autre temps, s’immergent régulièrement, à l’assaut des vagues. »

Quelques âmes, âgées pour la plupart, semblent vivre ici depuis des générations. Ils sont beaux, toujours très élégants et j’ai encore en tête les douces effluves des eaux de toilettes capiteuses qui emplissent l’air au moment où nous croisons les habitants du coin.

Un toboggan et une structure un peu abîmée font la joie des enfants. Etrange endroit… Mystique, onirique, à la limite du fantastique, on s’attends à voir débarquer une galère ou un bateau pirate à l’horizon…

Il s’agit de ce genre de lieux rares où nous nous sentons appartenir à la planète, où il est difficile de se parler tant elle est bruyante où elle -la planète-prend toute la place, s’exprime.

Il est difficile de quitter Grand-Rivière, on voudrait que le temps s’arrête que ces instants durent encore… Mais le soleil se couche, il est temps de repartir.

Nous choisissons de passer par le côté Ouest et d’en profiter pour avoir un aperçu de Saint-Pierre. Cette ville tristement connue pour avoir été ravagée par les cendres de la Montagne Pelée au début du siècle dernier…

Hélas, nous n’avons pas le temps de nous arrêter ici, mais il est toujours très impressionnant de s’approcher d’un volcan. Il a cet air suffisant et faussement placide qui inspire le respect. Saint-Pierre a souffert, c’est visible, tenace, prégnant bien que peu de vestiges aient été conservés. Il paraît que cette ville était une splendeur et le symbole d’une décadence décriée, ce qui lui aurait valu les colères de dame nature puis sa destruction totale.

Je préfère imaginer les petites gariottes tremblotantes, les pirates et les soldats s’approchant des plaisirs exotiques. J’ai toujours adoré les pirates… Je ne sais pas pourquoi, c’est ainsi. Et ici, je me sens un peu chez moi, il faut dire que sous la surface de l’eau, dans cette baie de Saint Pierre reposeraient une quinzaine de navires marchands, coulés sur le coup au moment de l’éruption…

Comment ne pas sentir planer ici la force implacable de la nature, le sentiment étrange que rien n’est éternel ?

C’est ainsi que se termine cette journée. Ce soir là, nous quittons le coeur un peu lourd, les amis chez qui nous étions hébergés pour rejoindre notre nouveau chez nous pour les quelques jours qu’ils nous restent ici.

Il s’agit d’une petite maison dégottée sur Air BNB, un petit coin de paradis dont je vous parle dans un prochain article.

***

La Chaudière - MartiniqueDomaine d'EmeraudeGrand Rivière - MartiniqueGrand_riviere_Martinique OLYMPUS DIGITAL CAMERA Grand Rivière - Martinique Grand Rivière - MartiniqueGrand Rivière - MartiniqueGrand Rivière - MartiniqueMontagne Pelée - Saint Pierre

***

JOUR 9

Après un jour off durant lequel nous profitons de doux moments en famille, (et de grosses déceptions d’ordre organisationnelle, notamment avec la balade en petit train dans les champs de canne à sucre que nous avons vu partir sous nos yeux à deux reprises…. Je vous laisse imaginer la crise de nerfs d’asticot n°2…) nous voilà de nouveau en direction de la route de la Trace.

Après un bref arrêt devant l’Eglise Balata -Sacré Coeur, présentée comme étant la reproduction de l’église Montmartre (les Martiniquais ont le sens de le mesure) nous atteignons le jardin botanique le plus couru de l’île : « Le jardin de Balata« .

Il fait partie des incontournables d’un voyage Martiniquais ! Une parenthèse enchantée qui m’a permis de voir des colibris pour la première fois de ma vie !

Pour pique-niquer dans les règles de l’art, je repère sur la carte (et dans mon guide préféré) un coin qui allait probablement me permettre de rayer une mention de plus dans ma liste des 100 choses,  (celle auxquelles je fais référence dans un de mes billets sur NY) à savoir : « se baigner dans une cascade au milieu de la jungle ».

Il se trouve que j’avais sensiblement idéalisé la chose, et que je faisais moins la maligne quand j’ai réalisé que la température de l’eau était plus proche de celle d’un torrent de montagne que d’une piscine chauffée…  J’observe donc avec amour mes loulous courageux tâter de la cascade…

L’environnement de la cascade du Saut du Gendarme est vraiment sublime. Nous étions quasiment seuls au milieu d’un écrin de verdure, une pause salutaire et agréable à quelques encablures de la route de la Trace.

La fin de la journée est marquée par une visite dont je garde un excellent souvenir.  La Rhumerie JM est sans nul doute un de mes coups de coeur du séjour. Le lieu où est implanté la distillerie vaut à lui seul le détour.

Elle est nichée au coeur d’une végétation exubérante, au pied de la menaçante Montagne pelée d’où descend un brouillard qui ajoute une aura de mystère à cet endroit fort en caractère et où coule une minuscule rivière tumultueuse. Les couleurs rouges et blanches de l’usine tranchent avec le paysage  verdoyant tout en réussissant habilement à s’y fondre.

Une sorte d’usine à la Charlie et la Chocolaterie mais version tropique. Nous avons eu la chance de la voir en fonctionnement (la production de la canne s’échelonnant entre février et juin ) et je suis la première surprise de trouver la visite vraiment très intéressante et particulièrement bien pensée.

J’ai encore le souvenir sensoriel de cette odeur douceâtre dégagée par les fumées de la distillation. La visite nous plonge au coeur des cuves en fermentation, des cannes et des alambics. Les gros tracteurs rouges déversent le chargement devant nos yeux pour une immersion parfaite.

Encore un endroit que j’ai eu du mal à quitter… J’ai un côté nostalgique maladif, je déteste quitter des lieux où je me sens bien, quand je sais que je ne pourrai probablement jamais y retourner. En soi cela n’a rien d’exceptionnel, mais chez moi ça vire souvent en profond sentiment de tristesse et il m’arrive même de verser une petite larme… Moi émotive ? -C’est aussi valable avec des humains hein… –

Toujours est-il que la journée tire à sa fin et que nous rejoignons notre petite maison pour une nuit de plus au paradis…

***

Jardin de Balata

Jardin de Balata - Martinique Jardin de Balata - MartiniqueJardin de Balata - Martinique

***

Cascade  du Saut du Gendarme

Cascade du Saut du Gendarme - MartiniqueCascade du Saut du Gendarme - Martinique

***

Rhumerie JM

Rhumerie JM - MartiniqueRhumerie JM - MartiniqueRhumerie JM-Martinique Rhum Jm - Martinique IMG_20160605_231640Rhum JMRhum JM - MartiniqueRhum JM - Martinique

***

Je sais que je suis bien moins présente sur le blog à mon plus grand regret… Je passe mon temps à trouver du temps… Cherchez l’erreur 🙂 J’espère arriver à redevenir plus régulière dans la publication et j’en profite pour vous remercier de continuer à nous suivre malgré tout sur IG et Facebook. 

Vous êtes des lecteurs au top ! 

Signature

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *