California Dreaming #2

Dans mes oreilles => Walk on the wild side

Après notre découverte de la belle San Francisco, et la lutte pour récupérer notre voiture nous voici finalement en route pour débuter notre road trip. Et c’est donc par la célébrissime Highway 1 que nous débutons notre parcours avec pour objectif la lumineuse Los Angeles… Autant le dire tout de suite, ça va envoyer de la paillette

***

Highway 1

Je n’ai hélas pas pu dégager plus de deux journées pour parcourir cette route mythique. En toute honnêteté, ce voyage vers le sud de l’état Californien pourrait se suffir à lui-même tant les paysages sont beaux, différents, grandioses… Le retard que nous avons pris pour récupérer le véhicule plombe bien cette première journée. Mais ce sont les aléas du voyage… Il est donc midi quand nous quittons San Francisco… Z’hom prends ses marques au volant du SUV, la conduite aux US est ultra confortable. On se sent en sécurité et en dehors des énormes centres urbains, clairement nous sommes seuls au monde

J’ai prévu une nuit à Morro Bay pour couper le trajet. Il faut savoir que pour rallier LA depuis SF en passant par la Highway 1 il faut compter pas loin de 9h de route pour 700 kms ! Bref, mieux vaut ne pas négliger ces longues heures de trajet car la route est parfois vertigineuse et la vigilance est de rigueur. D’autant que la beauté des paysages invite à de nombreux arrêts.

Malheureusement nous n’avons pas eu le temps de faire un stop dans la région de Carmen, ni de Monterey. Pour la fan de la série Big little lies que je suis, ce fut un vrai crève coeur… Mais c’est ainsi… Il fallait faire des choix, le plus compliqué pour moi en voyage…

La route est à la hauteur de sa réputation… Au sens propre comme au figuré… Une hallucination de la nature à chaque virage, des scènes à couper le souffle, l’océan Pacifique à perte de vue, le vide d’un côté, les falaises de l’autre. La côte est ourlée d’une petite chaîne de montagne, témoin concret de la présence des plaques tectoniques qui émergent ostensiblement et qui rappelle à chaque instant à quel point ce coin du monde est instable.


Difficile, une fois encore de décrire cette folie… La route culmine parfois à des hauteurs presque irréelles. Je ne peux retenir des « Ouahhhhh » de surprise toutes les 5 minutes, nous oscillons entre frayeur, émerveillement, frisson… Un arc-en ciel de sensations…

Nous faisons une pause pour jeter un oeil à la secrète Pfeiffer Beach. La plage se mérite, la route est étroite, sinueuse et il faut même traverser une petite rivière pour l’atteindre, SUV de rigueur !


Mais au bout du chemin, en effet nous sommes subjugués. Le vent souffle fort en ce mois d’avril et les températures ici ne sont pas encore celles de l’extrême sud de la Californie. Mais nous sommes au plus proche du Pacifique, cernés par des falaises immenses, des rochers sont posés sur l’eau et semblent avoir été posé là par magie… Les lumières sont irréelles alors que le soleil descend doucement sur l’horizon…

Avant d’arriver sur Morro Bay, nous avons la chance d’assister à l’un des plus beaux couchers de soleil de ma vie. D’ailleurs de façon générale, les couchers de soleil de ce voyage figurent dans le top 10 de ce que j’ai eu l’occasion de vivre. Les immensités et les grands espaces contribuent à les rendre vraiment hors norme.


Nous passons une nuit à Morro Bay, dans une de ces petites villes côtières du Pacifique traversée par la Highway 1. La déco marquée marine, est surranée, le temps s’est arrêté ici aussi. Le matin, le Pacifique nous fait un un clin d’oeil à travers les carreaux… Puis nous reprenons la route après avoir fait quelques courses dans un supermarché du coin.


En France, faire les courses fait partie des corvées, bizarrement en vacances -et en particulier à l’étranger- j’adore ça ! Peut être car s’est un moment où nous sommes pleinement mêlés aux habitudes du pays, je trouve que c’est un moyen de comprendre les us et coutumes, de confronter les idées que l’on se fait du pays et la réalité… C’est souvent le moment où les préjugés volent en éclat ou, au contraire se transforment en réalité concrète…

***

Los Angeles

En ce début d’après-midi les paysages s’élargissent, les plages s’ourlent de sable blanc, les maisons sur les collines deviennent de véritables oeuvres d’art… Pas de doute nous approchons de LA

Evidemment je trépigne, je suis survoltée dans la voiture… J’ai dû répéter 300 fois aux enfants « non mais on est à Los Angeles, les enfants vous vous rendez compte ??? Los Angeles YOUHOUUUUUU ! » Une hystérique, j’ouvre grand les fenêtres de la voiture pousse la radio à fond, ils passent Won’t get fooled Again !!! Bref ambiance quoi !

***


Venice Beach et Santa Monica

Pour cette première après-midi, direction la controversée Venice Beach… Là aussi je suis un peu frustrée, le timing est serré mais nous avons tout de même le temps de nous balader dans les instagramables canaux de Venice. Je vais probablement casser un mythe mais franchement, rien d’extraordinaire ici... Contrairement à ce que l’on voit sur les réseaux, ces maisons ne me font pas rêver. Certes c’est original, certes c’est amusant toutes ces couleurs et ces maisons en bord de canal mais il y a bien d’autres lieux qui me font fantasmer… Je vous laisse imaginer l’odeur aléatoire de ces canaux en plein LA, le manque évident d’intimité rapport aux dizaines de personnes qui déboulent pour visiter ces quelques rues nauséabondes… Bref, sympas mais pas exceptionnel, au risque de passer pour une rabat joie, je n’en garde pas un souvenir impérissable...


La côte correspond déjà plus à l’idée que j’avais de la ville. Grandes plages sans fin où se baladent une population bigarrées. Nous remontons tranquillement la plage jusqu’à apercevoir la roue colorée de la kitsch fête foraine de Santa Monica.


« Dans mes oreilles => Ooh lala « 

La balade sur le Pier de Santa Monica est exactement comme je l’imaginais… Les odeurs, les couleurs, les langues et les sons du monde entier qui valdinguent, se croisent, s’entrechoquent… Nous sommes un peu hagards devant tant de diversité. Nous marchons en silence, nous en prenons plein les yeux, plein les narines, plein le coeur… C’est un peu comme marcher sur des nuages de velours, l’odeur des churros en plus…


Il va être temps de s’en retourner, ce soir nous logeons au coeur de LA. Il est à peu près 18h quand nous quittons Santa Monica, nous pensons être larges pour gagner notre prochain home exchange situé dans downtown… C’est sous estimé la tentaculaire cité… Il nous a fallut pas loin de 2h30 pour arriver au coeur de la ville

Nous changeons radicalement de décors, exit les plages sans fin et la jeunesse californienne. Les immeubles flirtent avec les nuages, les routes forment d’inextricables circuits, s’enchevêtrent les unes dans, sur les autres… Nous voilà dans le coeur de Los Angeles. Le quartier où brillent ces nouveaux immeubles récents, construits pour redorer la réputation de downtown LA après de longues années d’agonie durant lesquelles les junkies et de sombres histoires ont gangréné la ville.

Ici, on se sent un peu comme des indiens dans la ville… Nous avons longtemps cherché l’adresse de notre home exchange… Va trouver un numéro d’immeuble dans cette jungle urbaine toi… Sans parler de notre arrivée dans le Valet Parking réservé aux propriétaires des apparts, au beau milieu des Ferraris et autres Lamborghinis… Le type nous a regardé comme si nous venions d’une autre planète en nous demandant de nous rapprocher du « Guests Valet Parking »… Oui, ici il existe des parkings pour les invités, une autre dimension je vous dis…

Toujours est-il que, par miracle nous sommes arrivés à destination. Et nous n’étions pas au bout de nos surprises… Nous avons eu la chance de passer 3 nuits dans un loft improbable au coeur de LA. L’immeuble est absolument déraisonnable… Imagine donc la scène de nous 4 après une très longue journée de voiture et de visite… Hagards et rouges écarlates, suintants et collants en tongs et shorts avec nos 45 sacs de courses dégueulants de tacos et de sauce verte nous débarquons dans ce hall démentiel tout en marbre…. Le concierge dépasse à peine de la banque d’accueil rutilante, trois portes d’ascenceurs à code nous font face… J’ai hésité entre tourner les talons et éclater de rire…


L’endroit est dingue… Au 16ème étage, une piscine sur un rooftop indécent, un jacuzzi, à notre étage un « petit » jardin zen comme me l’avait confié Kévin, le propriétaire des lieux… Nous sommes dans la ville des stars quoi !

***

Universal Studios

Je ne sais pas vraiment comment parler de cet endroit… Nous avons probablement vécu l’un des meilleurs moments de nos vies. J’ai l’impression de me répéter mais ce voyage a rempli à lui seul un bon paquet d’objectifs de ma liste « to do avant de mourir ». Ce qui explique mes extases successives.

Le parc est complètement à la hauteur de sa réputation… Les attractions sont plus dingues les unes que les autres, nous en avons pris plein la vue du début à la fin… La découverte des véritables studios, pour la cinéphile que je suis m’a transportée dans l’univers inaccessible du cinéma pour quelques heures… Nous sommes au coeur de l’industrie cinématographique, ces énormes blocs colorés qui défilent devant nos yeux font le cinéma Hollywoodien, les plus grands acteurs de ce monde ont foulé ce même sol, travaillent ici en ce moment même juste derrière ces murs…



C’est absolument surréaliste… J’ai vraiment eu la sensation de pénétrer un monde interdit, de passer de l’autre côté du miroir le temps d’une journée. J’ai adoré cette sensation, j’ai adoré me sentir proche de ce milieu que j’admire depuis ma plus tendre enfance.

Retour vers le futur, E.T, les dents de la mer, Jurassik Parc, tous ces chefs d’oeuvre du 7ème art sont nés ici… Nous traversons Wisteria Lane, admirons le manoir de Psycho (l’une des mes oeuvres préférées du monde entier), le plateau du Grinch… Mes yeux n’en finissent pas de briller de larmes et de joie… Je suppose que mon appareil photo n’a pas résisté à cet élan de folie car j’ai perdu bon nombre de photos de cette journée sans réelles explications… Elles se sont tout bonnement effacées de ma carte mémoire… Tout ce qui se passe à Universal restera donc à Universal…

Pour les fans de l’univers de JK Rowling que nous sommes le pompon sur le choixpeau est l’extravagant Harry Potter Land. Ce simple coin du parc pourrait faire l’objet d’une journée complète de visite. Les détails sont fascinants de réalisme. Les décors sont absolument fidèles à ceux de la saga, j’aurai voulu prendre le temps de tout découvrir dans les moindres recoins… Quand à l’attraction, je ne crois pas avoir vu quelque chose d’aussi bien réalisé jusqu’ici… Moi qui déteste les sensations fortes je n’ai absolument pas souffert dans ce manège pourtant réputé à sensation. Les mouvements sont doux et les effets spéciaux totalement hallucinants, du plongeon au coeur de Poudlard en passant par la partie de Quidditch, tout est là.


Nous finissons cette journée enchantée par la rencontre inopinée de Beetlejuice… Ceux qui me connaissent peuvent imaginer ma réaction à ce moment là… Je crois que le pauvre figurant a eu la peur de sa vie…


Pendant la journée mon grand asticot m’a soufflé à l’oreille : « Maman, c’est la plus belle journée de ma vie »… Boum, boum…


***

Hollywood sign et Walk of Fame

Il nous reste une dernière journée à passer sous le signe des étoiles de LA. Avant de débuter nos visites, nous décollons pour tester la piscine et le jacuzzi au dernier étage… Luxe, calme et volupté… Vivre un moment pareil avec mes enfants restera une expérience unique !

***


Impossible de quitter la ville sans passer par la célébrissime Walk of fame… Un rêve éveillé, là encore, de parcourir cette avenue archie connue où les paillettes semblent tomber du ciel.


***

Nous allons ensuite faire un tour en voiture du côté de Beverly Hills et Rodeo Drive (je peux mourir tranquille). Nous passons devant les portails de stars internationales, sans voir autre chose que… le portail de leurs prétendues maisons… Il reste complètement hallucinant d’imaginer que potentiellement derrière ces murailles vivent les stars internationales. Nous restons attentifs, ici il est assez fréquent de tomber sur un acteur célèbre ou autres chanteurs de minettes… Il faut ouvrir l’oeil et le bon… À vrai dire, on sent l’omniprésence un peu partout dans la ville de cette « brillante » vie… Ici un tournage en cours, là une voiture aux vitres sans teints, ici un attroupement de badauds plutôt suspects qui semblent attendre le gros poissons. De notre côté, nous ne reconnaissons personne mais nous approchons, le temps de cette balade un peu plus prés des étoiles.

Nous poursuivons notre journée proche de l’Hollywood Sign dans l’agréable Hollywood Lake Park. Un spot super avec une chouette vue sur les lettres et équipé d’une aire de jeu pour les enfants. Bref the place to be !!!

***

Je voulais clôturer cette journée de rêve par un coucher de soleil depuis le Griffith Park Observatory mais le monde fou nous a dissuadé…

Nous profitons des derniers rayons de soleil sur LA pour rouler le long de Mullholand drive dont les vues plongeantes sur la ville et les couleurs de la nuit tombantes furent extraordinaires.

Nous profitons de notre dernière nuit au sein de notre loft perché, avant de reprendre la route direction la « mother road » et les grands espaces de l’ouest

***

Les bons plans de Laurette

Carte sim prépayée

Pour être sereine j’avais anticipé en achetant sur internet une carte sim prépayée avant même le départ. Ne pas avoir la possibilité de téléphoner ou de pouvoir me servir de mon téléphone dés l’arrivée dans un pays étranger est un véritable facteur de stress chez moi…

Il se trouve que ce fut une erreur, la carte sim en question n’a jamais fonctionné… Nous avons finalement terminé dans un shop de l’opérateur concerné à San Francisco à proximité de notre point de chute pour tenter de résoudre le problème, sans succès… J’ai finalement acheté une carte sim dans ce shop qui m’a couté nettement moins cher, pour une formule en tout illimité… Un bien meilleur plan… Heureusement j’ai réussi à me faire rembourser les 65 euros engagés avant le départ.
Budget : Opérateur T-Mobile. Environ 50 dollars pour une carte avec données illimitées.

Se garer à proximité d’Hollywood Boulevard

J’ai utilisé une appli très pratique qui m’a permis de réserver à l’avance une place de parking dans un Valet Parking situé à 3 minutes à pied de l’Avenue. Quand nous sommes arrivés, il a suffit de présenter ma réservation est le tour était joué.

Petite astuce aux Etats-Unis, les valet parkingS restent un bon compromis quand vous êtes dans de grosses zones urbaines… Il suffit de se présenter à l’entrée, les valets récupèrent votre voiture et se chargent de la stationner dans un parking surveillé. Généralement les tarifs sont assez abordables et c’est très pratique !
À ne pas confondre avec les « self parking », qui sont toujours gratuits. Mais parfois un peu plus éloignés. Le stationnement en Californie n’a jamais été un problème pour nous, exception faites du Griffith Observatory.
Budget : Hollywood Roosevelt Hôtel Parking : environ 12 dollars

Universal Studios

Cette visite fait partie des plus chères du séjour. J’ai longtemps hésité à acheter les billets simples ou à opter pour les Universal Express. J’ai finalement explosé mon PEL, après tout nous ne reviendrons pas de sitôt dans le coin et je voulais que cette journée soit vraiment fluide, simple et que nous ne passions pas des heures dans les files d’attente.

Ce fut un achat rentabilisé qui nous a évité d’interminables files d’attente le jour de notre visite… Les coupes files sont vraiment très efficaces ! Nous avons pu faire toutes les attractions et les spectacles du parc sans exception et même certaines plusieurs fois ! Un pur bonheur !
Budget : entre 179 dollars et 279 dollars / personne selon les saisons (oui c’est cher…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.