Ça fait quoi d’être maman ?

C’est surement une des questions que l’on m’a posée le plus, alors qu’encore sonnée, assise sur mon lit à la mater, je regardais mon fils sans vraiment comprendre ce qu’il venait de se passer…

C’est une question que certains se posent très jeunes, ils ont ça au tréfonds de leur être depuis toujours, ils y pensent très tôt et sont des petits parents en herbe avec leurs poupées ou leurs petits frères/soeurs

Pour ces hommes et ces femmes, être parents est presque une évidence, ils ont déjà en eux une image très nette de ce que cela implique et je crois sincèrement que les personnes dotées de cette faculté sont « mieux » préparées à la puissance des sentiments avec lesquels il faut apprendre à composer une fois devenus parents.

Ce n’est pas mon cas, je n’ai jamais particulièrement aimé jouer à la poupée, encore moins au papa et à la maman et j’ai très vite eu des instincts un peu glauques avec mon petit frère que je pensais plus à mordre ou à pousser dans les escaliers qu’à pouponner (je travaille aujourd’hui dur à me faire pardonner, mon frère je t’aime)

Du coup, la notion de parentalité, d’instinct maternel, de trucs incontrôlables qui ne « s’expliquent pas » autant dire que tout ça me dépassaient de très loin…  En fait, je n’y pensais pas, je n’avais aucun sentiment, ni aucune envie particulière et je ne me posais pas de question face à tout ça

Je ne me voyais d’ailleurs pas maman, j’y ai probablement pensé mais je crois pas m’être projetée vraiment avant de tenir mon fils dans les bras pour la première fois… Je n’ai pas du tout anticipé l’avalanche de conséquences que cela aurait sur notre quotidien et dans mon coeur.

Le fait d’être enceinte n’a pas vraiment changé mon état d’esprit, je me sentais bien, à ma place (comme rarement) et j’ai balayé d’un revers toutes ces questions existentielles qui auraient pû entraver mon état de grâce. Après tout, devenir parents n’est ce pas la chose la plus naturelle du monde ?

Nous sommes 7 millions sur terre, je ne voyais pas en quoi ça pourrait être vraiment différent des 6,9 milliards autres humains, du haut de mes 23 ans et de ma petite vie bien rangée.

Nous y voilà, nous y sommes cette petite boule de vie qui a grandi en moi est ici devant mes yeux. Et alors qu’hier encore le cri d’un enfant me hérissait le poil, aujourd’hui je suis capable de vendre père et mère pour consoler ce petit être car l’entendre pleurer me fendille le coeur en centaines de morceaux.

Mon téléphone ne cesse de vibrer, il s’agite sur la table de chevet, des messages se succèdent « alors, ça fait quoi d’être maman ? » À cet instant, je ne peux pas répondre, j’en suis incapable… Je sais simplement que plus rien ne sera jamais pareil, ce bébé est, et restera le seul être humain qui a changé radicalement ma vie.

Ce que j’étais loin d’imaginer lorsque ces sentiments confus firent leur apparition, c’est qu’ils étaient bien décidés à rester là un bon bout de temps…  Aujourd’hui avec mon « petit » recul, le premier mot qui me vient à l’esprit comme réponse à cette question serait : paradoxe

J’ai mis du temps à comprendre à quel point il s’était opéré une révolution à l’intérieur de mon être, à quel point je ne serais plus jamais centrée sur mes soucis, mes inquiétudes, mais sur les leurs.

Ils seraient à la fois ma plus grande force comme mon seul talon d’Achille…

J’ai mis du temps à accepter cet état de fait : j’aurais à jamais ma fontaine de jouvence mais elle serait aussi à l’origine de l’apparition de mes cheveux blancs… Être maman c’est faire appel -de manière inconsciente- à ses propres paradoxes, sa propre éducation et y trouver la force d’en garder le meilleur.

Et puis, j’ai réussi à toucher du doigt cette réalité -et à l’accepter-, j’ai compris à quel point nos faits et gestes de parents ont une incidence lourde sur ce que nos enfants deviendront. Et puis c’est à l’instant où j’ai  appris à marcher au bord de ce précipice sans craindre le vide que l’évidence m’a sautée aux yeux :

Il allait falloir se préparer à ne pas avoir « tous les pouvoirs sur eux », nos enfants sont d’abord et avant tout des petits êtres humains en devenir. Nous sommes « les tuteurs » de leur vie, ceux qui soutiennent, qui aident quand le vent se fait trop fort, qui deviennent plus souples pour résister aux assauts des tempêtes et qui aident à acheminer l’eau vers leurs racines au moment des grandes sécheresses

Et un jour inexorablement, ils tiendront seuls, droits, un peu tordus, penchés, fleuriront beaucoup pour certains, moins pour d’autres, donneront des fruits ou non mais quoiqu’il en soit les tuteurs auront fait le maximum pour aider au mieux à leur épanouissement… Ni plus ni moins

C’est une drôle de sensation d’avoir conscience de ce paradoxe.

Être maman c’est une succession de questionnements, de doutes, de découragements, d’encouragements, de fierté, de peurs, d’inquiétudes, de pur bonheur, de pur malheur, de craintes, un véritable exhausteur de vie en somme

C’est vouloir décrocher la lune un jour et souhaiter y être envoyés le lendemain. C’est se sentir épuisés en ouvrant les yeux mais réussir malgré tout à enchaîner 12h de labeur intensif sans ciller, c’est accepter que plus jamais nous ne serons la priorité, même en mettant tout notre coeur à essayer, c’est aussi se découvrir affublés de dons extra-lucides…

« Être maman ça fait »… surtout prendre conscience de nos capacités profondes à aimer, à partager, à s’inquiéter, ça donne tout son sens à l’imperceptible nuance entre vouloir et pouvoir, et puis…

… Je pose mes yeux sur ce téléphone qui ne cesse de s’agiter sur la table de chevet, je l’attrape et tapote un message :

 » … ça fait tout drôle, oui… Je n’arrive pas à expliquer ce que je ressens « 

Aujourd’hui encore, presque 9 ans plus tard je ne sais toujours pas répondre à cette question, je sais simplement que j’ai repoussé des limites en dose d’amour que je ne pensais pas imaginables, et que c’est pour moi le plus beau et le plus long voyage que je ferais jamais…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments
  • Maman-Tout-Terrain avril 21, 2017 reply

    J’adore les mots que tu as trouver pour decrire cette incroyable aventure pleine de paradoxes! Et vos photos de famille sont a cette image: magnifiques!

    • lauretteflechette avril 23, 2017 reply

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Ils restent vraiment le principal moteur de celles qui aiment écrire 😉 À bientôt j’espère !

  • Amandine Ta plume avril 21, 2017 reply

    Ma fée cherie MERCi pour les mots Que tu as choisit, la manière dont tu as tourner tes sentiments Et tu as réussit à soulever cette interrogation « c’est vrai ça! Ça fait quoi d’être maman » il se peut que Jy réponde Si jy arrive… je pense qu’un Post comme celui la me réchaufferait le coeur. Mon coeur De maman Qui à du mal à battre la chamade… du coup ton Post ma fait du bien Cest tellement vrai et réel. Je tembrasse fort Et JADOrE La derniere photo ❤

    • lauretteflechette avril 23, 2017 reply

      🙂 Tu sais cette période difficile que tu vis, je sais tout à fait de quoi il est question… J’y suis passée aussi et crois moi le goût des choses reprends le dessus ! Nous avons en nous une force incroyable et sommes capables de décrocher la lune réellement ! Accroches toi ma jolie tu verras bientôt tout ira mieux !

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *